sous les tatamis...

Publié le par benoit

    Je laisse le soin à vanessa de mettre sur son blog un plus grand article consacré à son voyage avec ses amies, les tanukis ( comprenne qui pourra ), à kyoto et à tokyo. Je ne me sens pas le mieux placé pour commenter leurs aventures qui ont été très positives et source de grand bonheur parmi les protagonistes !
    C'est peut-être en recherche réactionnelle de quiétude, ou simplement à cause de la chaleur montante ( très rapidement ) que nous avons décidé de faire un tour à l'océan avec notre couple d'amis de ômiya. Nous avons opté pour un trajet direct vers le sud, au-delà de tokyo et yokohama, juste parès kamakura, pour la station de zushi. c'est un lieu qui ne se veut pas ouvert au tourisme de masse, en témoigne l'abscence de vélos en location et un réseau de transports minimaliste, mais plutôt de villégiature tranquille avec quelques hotels et de jolies maisonnées. ce jour-là la plage était peu fréquentée, en partie par des véliplanchistes qui venaient profiter d'un vent favorable.
    C'est idiot mais ça été plutôt sympathique de partager avec des familles mononuclées peut-être tokyoïtes un semblant de chasse à l'étoile de mer dans les rochers laissés à découvert par la marée basse. Au large un tori pointait sur un ilôt rocheux, hommage à un dieu-caillou ? c'est saisi d'une peur de vengeance divine que j'exortais julien à remettre céans dans son élément naturel un bernard-l'ermite fort dérangé dont le regard courroucé qui sortait de sa coquille me transperçait.
    En guise de repentance de notre affront, je crois, nous sommes par la suite retournés à kamakura, voir cette fois le grand buddah ( daibutsu ) qui fait la fierté du lieu. Une foule s'y pressait, petits et grands. pas toujours dans une grande ferveur religieuse, voire parfois avec ironie ( ci joint une photo d'une japonaise se permettant d'embrasser le respectable ).Du shintoïsme au bouddhisme, de la nature brute au lieu saint, le spirituel est partout mais pas toujours aussi établi qu'on ne le croît.

Publié dans kaniga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article