Hiroshima

Publié le par benoit

    Nous quittons l'île de shikoku pour revenir sur la principale, via la mer intérieure du Japon. Prochaine escale : hiroshima, qu'on ne présente plus.
    La ville est assez grande, semble beaucoup s'étendre. Nous avons peu de temps pour la visiter, deux jours seulement. De sa vie nocturne, on ne verra rien, faute d'écart géographique par rapport aux quartiers qui bougent, mais de toutes façons, l'ambiance n'était pas à la fête ce premier jour, juste après la visite du parc abritant le mémorial de la paix et du musée dédié à l'histoire du drame...
    Le musée, à éviter pour les âmes trop sensibles, est fort appréciable parce qu'il va droit au but. Les vêtements en charpie et les clefs fondues sont là pour illustrer les multiples histoires qu'on vous y conte, souvent celles d'enfants en lambeaux de chair qui finissent par mourir dans les bras de leurs parents. Il y a aussi en fond un réel message politique, très frappant; est-ce à cause de l'émoi suscité chez tout visiteur que des sectes par dizaines aiment à recruter leurs fidèles dans les environs? heureusement, celà est discret, et l'on ne trouve pas encore de shop pour touristes sous le dôme symbolique, point zero de l'explosion. Les milliers de petites grues en papier pour la mémoire de la petite japonaise leucémique qui subit son destin malgré ses efforts pour le changer achèvent les plus stoïques.
    Une toute autre ambiance que dans le celebrissime sanctuaire de miyajima, petite île au large, et qui abrite le " torii flottant ", un des trois endroits les plus connus du Japon ( notre deuxième après matsushima...non, matsushima n'est pas la ville de botchan ! ). La foule se précipite et clique tout ce qui bouge, et surtout ce qui ne bouge pas. On n'y mange des huitres passées. On y rencontre des moines qui baclent leur caligraphie et ne vous regardent même pas, ni même vous sourient...c'est un endroit touristique, c'est certain. Dommage car le tori dégage son charme mystérieux comme on le lui demandait, et le paysage était sûrement magnifique. Ou alors, c'est bien le trouble du premier jour qui nous obscurcissait la vision.
    La suite, c'est la fin d'un beau voyage autour de la mer intérieure, le japon rural en été, un trajet en bus sans fin jusqu'à yokohama...et le plaisir d'un bon moment partagé!

Publié dans kaniga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article