Au bout du Japon

Publié le par benoit

    La seconde semaine de notre voyage à Okinawa a été consacrée à la découverte des îles Yamato, groupuscule situé tout au sud de l'archipel, plus près de taïwan que de tokyo. Loin, très loin des jungles urbaines, en voici d'autres naturelles, surtout sur l'île d'iriomote, qui en est couverte, où l'homme n'a laissé sa trace que sur ses rivages.
    Après une bonne traversée de nuit en ferry, en petit comité ( quelques dizaines de personnes au plus ) nous avons débarqué sur ishigaki, île la plus urbanisée et la mieux desservie du lot. Inutile de dire que là plus qu'ailleurs on se sent loin des villes et leur tumulte, presque une ambiance de paradis tropical; je ne parle pas de la ville d'ishigaki mais de l'île en général, bien sûr. Nous y fîmes nos premiers pas, une bonne virée en vélo jusqu'à kabira, baie où l'on cultive des perles noires, et de belles plages...d'ishigaki, il est aussi très facile de faire l'aller-retour avec taketomi, minuscule île dont la particularité est de rigoureusement règlementer la construction de ses habitations pour qu'elles reproduisent fidèlement le style ryuukyuu. On a été complètement sous le charme, se promenant en vélo sur des chemins de terre serpentant entre les murets du village traditionel. Ici, le bateau remplace le bus, quasiment inexistant.
    Un peu plus tard, nous étions sur iriomote, notre hôtel donnait sur l'océan et sa plage privée couverte de niches à coraux ( et donc pleines de poissons multicolores )...mais il n'y a pas que les plages; un bateau vous emmène le long de la rivière qui traverse la jungle, tel l'"african queen" à un ponton à partir duquel il est possible de faire une longue ballade dans la jungle, jusqu'à de belles chutes. Un régal pour les nostalgiques des aventures d'indiana jones e d'allan quaterman ( inoubliable ). Le serpent habu, fortement vénimeux et qui était sensé sévir dans le coin, lui, était en vacances.
    Enfin, pour terminer en beauté, encore plus lointaine et plus isolée, l'île de hatoma. 70 habitants. 2 pensions en tout. minuscule mais offrant les plages, un sanctuaire parfaitement " dans son jus " selon la mode aveyronaise, une végétation dense et des habitants d'autant plus chaleureux qu'ils en sont à leur troisième verre d'awamori, tords-boyaux local à base de riz. Tels des bons sauvages, nous dansâmes pour la pleine lune lors du festival du même nom, accompagnés par la musique d'un autre monde du vieil organiste du village...une atmosphère onirique.
    Au bout du japon, on continue à voir le Japon. Mais autrement.

Publié dans kaniga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Potato 29/10/2007 18:18

Mdr....  Et oui ! on choisit ses lieux de visites mais pas.... Bref, je divague. C magnifique !

Jb 19/10/2007 11:50

Ah ouais quand même... C'est beau o_O

maille colette jean jacques 16/10/2007 13:05

quel beau voyage vous nous faitent reves magnifique paysage cela fait plaisir de pouvoir partager les differente peripeties .peut de photos de vous deux ensemble domage c' est pas grave on voit que vous profites un max.gros bisous de nous deux tatie colette tonton jean jacques