Danse des idiots

Publié le par benoit

    Après Nara et sa plongée dans le passé "carte-postale" du Japon féodal, nous nous dirigâmes le plus prestement possible vers l'île de Shikoku, plus petite et plus rurale des 4 principales qui forment l'archipel nippon. Je dis le plus prestement possible, en plein mois d'août dans le kansai ça se traduit en 6 ou 7 heures pour faire bordeaux-montepellier. Des embouteillages de dizaines de kilomètres....qui a dit que les japonais ne prennaient pas de vacances ? sortez !
    Premier arrêt, si tôt après avoir entrapperçu les flots bleus de la mer du Japon et les rivages côtiers de cette île plus sauvage, la ville portuaire de Tokushima, connue pour...son festival, principalement. Appelé "awa-odori" ou "danse awa", il s'agit du festival ayant lieu pendant la période o-bon, fête des morts au Japon, peut-être le plus populaire du pays, rassemblant des milliers de personnes pour assister à des défilés de danseurs "awa" et accompagner ces derniers dans la transe générale passé l'heure de coucher les petits. La particularité de cette danse, assez unique, est qu'elle est soi-disant facile à faire ( ce que je ne me risquerais pas à confirmer ) et s'inspire de la démarche d'un fou, d'un idiot ou d'un homme passablement saoul. Ne dit-on pas en y dansant, d'ailleurs " un idiot qui danse et un autre qui regarde l'idiot danser, quitte à être idiot, pourquoi ne pas danser ? " vu comme ça...il semble y avoir aussi toute une série de codes vestimentaires, exemple de ces bizarres chapeaux en forme de croissant de lune que portent les femmes, peut-être quand elles sont mariées ou en âge de l'être. Mais on reste bien sortis des carcans de l'ordre; parmi les groupes de danseurs, on aura la surprise de voir toute une bande de karatekas en tenue de combat mêler katas et danse du pays...bref il y a place à l'improvisation.
    Nous sommes restés deux nuits pour apprécier les préparatifs puis le premier des trois jours où toute une ville prend vie, chaque maisonnée de quartier participe, la foule est immense et surtout le comportement des protagonistes est ra-di-ca-le-ment différent. Les regards sont fixés sur les votres et le reste de votre anatomie. La timidité est entérrée avec la mauvaise humeur. Il y a très probablement un afflux massif de cigones neuf mois après l'awa-odori. C'est pour celà que ça ressemblait un peu à une trance, avec ces mouvements désarticulés, un rythme particulier de tambour ressemblant aux battements cardiaques et une flûte en fond, lente mélopée hypnotisante...le joueur de flûte de tokushima passe par là. Il nous a aussi entraînés, malgré mon 39°C, jusqu'à minuit seulement; alors, l'autorité reprend ses droits et la maréchausée clôt le spectacle jusqu'à demain. On aura quand même partagé le plaisir d'une ronde surchauffée et celui de défiler avec les autres sur les boulevards de la ville, plus celui de voir tous ces gens manifester enfin clairement et sans retenue leur plaisir d'être ensemble, à cet endroit.
    A coup sûr un de mes meilleurs moments au Japon.


Publié dans kaniga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jb 16/09/2007 13:05

Vraiment magnifique, entre Nara et ce dernier coin, merci pour les photos ^^