Welcome in tochigi

Publié le par benoit

    Ca fait maintenant trois mois que nous sommes là, mais notre existence était anonyme parmi les habitants de ce département peu connu de Tochigi. Depuis le week-end dernier, l'injustice est réparée, nous nous étions inscrits à la sortie " welcome in tochigi" organnisée par la préfecture d'utsunomiya. Cet évènement est une virée en bus offerte à tout étranger nouvellement arrivé. Nous étions les seuls français, le reste largement anglophone réunissant australiens, américains, canadiens, quelques américains du sud et chinois.
    Successivement et réglés comme du papier à musique, on a pu admirer la culture et la disposition travaillée de bégonias au " begonia museum ", un évènement à ne pas manquer, sans doute...,
puis avons fait une longue halte dans un village perdu dans les montagnes qui organnise un " matsuri " , un festival, l'hiver durant qui consiste en une aire de jeux et de découverte familiale autour de maisonettes en neige, où l'on peut faire griller des patates en dedans. L'avantage outre que l'on peut se casser la figure en luge et de fait faire se gausser une assemblée internationale, c'est qu'il y a un beau compexe hotel-onsen juste à côté pour apprécier une fois de plus les bienfaits d'un bain chaud avec comme spectacle la nature, on ne s'en lasse pas. Le spectacle de la nature a été d'autant plus apprécié m'a-t-on dit par des chinoises coquines qui ont eu l'occasion d'observer le bassin des hommes avec discretion..j'espère avoir participé ainsi à la renommée de l'endroit.
    Après une autre halte et un bain de pieds, nous avons visité une serre de fraisiers, spécialité revendiquée de la préfecture, et les piquer puis goûter nous-mêmes à gogo. delicious !
    Le principal intérêt de ce genre d'évènement, outre le onsen qui vaut toujours le coup, c'est cependant la rencontre d'étrangers entre eux qui partagent tous, quelque part, la même chose à l'étranger. Finallement, on se ressemble dans les mêmes gallères, les mêmes surprises, ou souvent. J'ai rencontré au moins deux psychologues. Est-ce que le japon attire les gens de cette spécialité?
    Pour terminer en beauté nous avons retrouvé notre bande à utsunomiya le soir venu et participé à un karaoké d'anthologie.
    Trois mois plus tard, nous sommes bien arrivés à tochigi.

























Publié dans kaniga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article