à propos

Publié le par benoit

    Attention cet article concerne plus le domaine travail de ce blog, puisque il paraît que des gens le visitent à la recherche de propos éloquents sur la folie au Japon....pas d'anecdotes ici donc.
    Justement à ce sujet on peut déja se demander ce qu'on lui veut au Japon. "La folie au Japon", ah bon. Parfois on peut avoir le sentiment qu'on attend d'y trouver le "culture-bound syndrome", le cas exotique qui interpelle une curiosité en quête d'exotismes un peu sauvages, donc pas civilisés et bien rationnels comme nous autres occidentaux. On est pas obligés non plus de pencher du côté du relativisme culturel, on peut aussi être ethnocentré à l'extrême et nier complètement l'influence de la culture, encore faut-il être d'accord sur ce qu'on entend par là. Et dans ce cas, pourquoi aller étudier la psychiatrie ailleurs? Il y aurait beaucoup à dire sur l'expression du symptôme dépressif chez l'aveyronnais du sud, par exemple... Et si les modèles, d'origine occidentale surtout, actuels psycho-pathologiques sont si ubiquitaires, qu'apprend-on de plus dans un pays même pas clairement de modèle "oriental" comme le Japon?
    Bon. J'en vois venir, ça peut être déja pour le voyage, histoire de passer une année dépaysé. Bien sûr,  mais un peu court jeune homme.  D'abord, des différences de pratique,  c'est  évident.  Il  faudrait faire  plus d'hôpitaux pour généraliser, mais les premières impressions et discussions en rapportent. En pratique, une attitude comparative laissant de côté le jugement de valeur bien sûr est formateur, instructif; le champ pédagogique en somme. L'intérêt du Japon, c'est déja que c'est un pays parfaitement à la page des modèles occidentaux actuels, plein feux sur la recherche, l'approche catégorielle, l'idée que je me fais des américains(?). Tout ça en à peine un siècle, avec un background bien éloigné du notre, et pourtant.
    Sur le plan individuel, on peut prier dans différentes chapelles pour trouver les mots sur ce qu'on éprouve, j'avoue avoir été sensible à l'idée de décentrage que j'ai découverte pour la première fois dans un article de M.R MORO avec l'idée qu'il est bon de vivre l'expérience de partir loin de chez soi, c'est un jeu de mots, à la recontre de l'autre peut-être un peu comme dans un processus psychothérapique. Bon pour soi et aussi pour ceux qu'on suivra, peut-être, et qui ont vécu un de ces phénomènes qu'on désigne selon les cas par acculturation, migration "traumatique", deshistorification...Il y a aussi le point de vue existentiel, phénoménologique, transcendantal sur l'intersubjectivité, ce qui est quand même assez important dans la discipline. Mais toutes ces notions sont encore très floues bien que séduisantes pour moi; mon sentiment personnel me fait seulement mettre de côté l'idée de folies spécifiques au Japon. Prosaïquement, mon étude portera sur les évènements de vie en lien avec des épisodes dépréssifs dans une population japonaise, puis si Dieu le veut, une population française. Comparer. L'idée des collègues japonais et qu'on retrouvera plus l'influence d'évènements se rapportant au travail au Japon. Ca me pose souci de faire un raccourci brutal ( en psychiatrie, pas en musique ) surtout quil n'y a peut-être pas de rapport ou en tous cas pas tant que ça. En attendant, le professeur exerçant ici me fait lire Lacan ( essaie du moins ), aime m'enseigner les grands et moins grands noms de l'histoire de la psychiatrie française; que voulez-vous, ça fait...étrange.
    Une phrase bien répandue chez des français au Japon : "le japon, on y reste une semaine, on écrit un livre, un mois, un article, un an, rien". Alors qui écrit sur la "folie au Japon" ? Et tous ces otakus à vos fenêtres, pour ne pas dire à nos portes! Qu'est-ce qui fait si peur chez nous que l'on veuille se rassurer en la mettant chez les autres, ou du moins en se disant " pour ça c'est pire chez eux ", ou encore dans un esprit de contamination " mon fils devient comme un vrai petit japonais, tout le temps devant la télé et les jeux vidéos.."....en tous cas, pour toutes ces raisons, le voyage en vaut la peine.

Publié dans kaniga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rems 22/01/2007 23:20

ça me rapelle ma jeunesse ! Bises à tous les 2
Rémy et Amélie

yoann 13/01/2007 12:32

sur le sujet de la confrontation des cultures et des civilisations, je te conseil de lire "race et histoire" de claude Lévi -strauss. c'est un petit essai (80pages) écrit pour une commande de l'unesco en...1952. Mais comme tout les grands hommes c'est toujours d'actualité. ça donne une bonne vision d'ensemble. Je viens de le finir (pour mon boulot entre autre) et c'est vraiment ...pluridisciplinaire. ça touche, dans mon domaine, à  une forme de meta-archéologie.

Jb 12/01/2007 00:42

Si ils te parlent de Dolto, balance leur Carlos, ça les fera relativiser :)